Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2008

PEACE PEACE PEACE.......

27/10/2008

fait vibrer super super

TOUS ENSEMBLE POUR OBAMA

Great American Sassafras Obama Bar (Obama Soap) Pictures, Images and Photos

QUE NOUS RESERVE BUSH......

 

QUE NOUS RESERVE.......... BUSH......

 

 

 

POUR CES DERNIERS JOURS AU POUVOIR ????????

 

 

ICI ce n'est plus le soupçon d'armes massives!!!!! c'est quoi alors??????

Pourquoi donner le pouvoir à un homme......pour détruire l'autre........

 

quel que soit le pourquoi ou le comment ...la vie de Huit personnes peut-elle

être qualifiée "d'incident"?????  NONNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN

 

 

 

 

 

 

 

Un responsable américain a confirmé lundi que le raid héliporté contre un village syrien dimanche avait été mené par les Etats-Unis et a assuré sous le couvert de l'anonymat qu'il s'agissait d'un "succès" dans la lutte contre les combattants étrangers opérant en Irak.
 
 La porte-parole de la Maison Blanche Dana Perino, interrogée par courriel avait auparavant décliné tout commentaire sur l'incident. La coalition internationale en Irak, menée par l'armée américaine, avait indiqué également n'avoir "tout simplement aucune information sur l'incident" en Syrie. Le gouvernement irakien a indiqué pour sa part que "l'endroit (où a été mené le raid) était le théâtre d'activités d'organisations anti-irakiennes se servant de la Syrie comme base-arrière pour des opérations en Irak".

"Agression terroriste"
 
Les médias officiels syriens avaient rapporté dimanche une attaque de soldats américains débarqués d'hélicoptères venant d'Irak contre un bâtiment d'un village syrien, à huit kilomètres de la frontière, qui aurait fait huit morts. L'armée américaine, depuis l'invasion de 2003, a mené plusieurs opérations contre des combattants étrangers, notamment arabes, qui s'infiltrent à partir du poste frontalier irakien d'Al-Qaëm, juste en face de la frontière syrienne.

Peu après cette confirmation non-officielle de la part d'un responsable américain, le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a accusé les Etats-Unis d'avoir commis une "agression terroriste" en effectuant son raid héliporté. Lundi matin, alors qu'aucune confirmation n'avait été donnée, la Ligue arabe avait condamné dans un communiqué l'opération héliportée menée la veille.

 

 

 

 

 

 

24/10/2008

LA COURSE CONTRE LA MONTRE A COMMENCE!!!!!

22/10/2008

L'AFRIQUE REPOND A SARKOZY....

 

 

 

18 rue Joseph II

 B 1000 Bruxelles

Tél. 32 2 217 90 71

 Fax 32 2 217 84 02

http://www.cec-ong.org

e-mail : info@cec-ong.org

« L’Afrique répond à Sarkozy – Contre le discours de Dakar » *

Quand les stéréotypes ont la vie dure…

Le 26 juillet 2007, à l'Université Cheik Anta Diop de Dakar, le président Nicolas Sarkozy,

fraîchement élu à la tête de l'Etat français, prononce un discours qui se voulait

"historique et franc" face à la jeunesse africaine. En fait de franchise, ses propos

remettent à l'ordre du jour un mépris et des stéréotypes qu'on croyait appartenir à une

époque révolue.

L'indignation que ce discours a suscitée en Afrique n'est pas près de s'estomper. Une

vingtaine d'intellectuels mobilisés par l’homme de lettres et diplomate Sénégalais Makhily

Gassama ont tenté de lui répondre dans le collectif

 L'Afrique répond à Sarkozy.

Contre le discours de Dakar , paru récemment aux Editions Philippe Rey.

Reste que les approximations historiques de Nicolas Sarkozy sont loin d'être

circonstancielles. Elles prennent place dans un mouvement intellectuel occidental récent,

que l'on pourrait qualifier de "retour des idéologies coloniales", face aux impasses

politique et économique qui minent le continent africain aujourd'hui. Et cela, au moment

même où la production intellectuelle africaine sur l'histoire, la culture et la pensée de ce

continent est plus abondante qu’elle ne l’a jamais été !

Mais pourquoi cette production n'arrive-t-elle pas à dépasser le cap de quelques cercles

intellectuels, en Afrique comme en Europe ? Pourquoi les voies suggérées par ces

intellectuels ne sont-elles pas prises en considération dans la recherche de solutions aux

multiples difficultés qui accablent le continent ? Pourquoi le "rendez-vous universel du

donner et du recevoir", que le poète Léopold Sédar Senghor appelait de tous ses voeux,

est-il toujours postposé ? Bref, quelle est la place que l’Afrique revendique dans la mise

en action de solutions face aux difficultés qu'elle connaît ?

L'enjeu est de taille, car il y va de l’avenir de tout un continent. Tels sont les termes du

débat que nous vous proposons, avec le concours de nos invités Makhily Gassama et

Patrice Nganang **.

Rencontre organisée par le Commissariat Général aux Relations Internationales de la

Communauté Wallonie-Bruxelles et l’Ong Coopération par l’Education et la Culture (CEC),

le jeudi 13 novembre 2008

, de 12h à 14h au CGRI, place Sainctelette, 2 à 1080

Bruxelles (inscription indispensable avant le 7 novembre - 02/421.86.28 ou

s.depaepe@cgri.cfwb.be).

Information: CEC - 02/217.90.71 – info@cec-ong.org - http://www.cec-ong.org

Avec le soutien de :

* Aux Editions Philippe Rey, Paris, 2008 – réponse de 23 intellectuels africains au discours prononcé par le Président français à

l’Université Cheik Anta Diop, le 26 juillet 2007.

**

 

 

Makhily Gassama

est professeur de lettres. Il a été conseiller culturel auprès du Président Léopold Sédar Senghor et

Ministre de la Culture du Sénégal. Il a occupé diverses fonctions diplomatiques, a dirigé la revue

 

 

Ethiopiques

et a publié

diverses études en littératures africaines.

 

 

Patrice Nganang

enseigne la théorie littéraire à l’Université d’Etat de New York,

Stony Brook. Ecrivain, il a, entre autres, publié « Temps de chien » (Prix Marguerite Yourcenar - Grand Prix de la littérature

d’Afrique noire) et

 

 

Manifeste d’une nouvelle littérature africaine. Pour une écriture préemptive

(Homnisphères, 2007).