Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2008

DJUMBE

 

Toi que j’ai croisé ; l’homme au Djumbé

D’où viens-tu ? De Lomé ou de Yaoundé ?

Sur mon chemin tu es passé

Hasard, signe du Destin, peu importe

Tu es là, tu me serre la main, me réconforte

Ton regard, ton sourire sont le Soleil qui t’escorte

Venant des terres africaines ; des monts et des plaines

Tes ancêtres ont connu la haine ;

La cause, hélas c’est leur peau d’ébène

La violence à l’extrême et la peine

Tassés sur ces bateaux qui les emmènent

Loin de chez eux, pour devenir malheureux

Frustrés, sans identités, révoltés ou très Pieux

Pourtant « Toi » l’homme africain ; tu es malin

Par ta sagesse, ta gentillesse et ta patience

Tu suis ton Destin plein de réminiscences

Ta détresse est aussi grande que ton avenir incertain.

Mais ne perds pas courage et garde ma main

Qui fera la chaîne et la force pour lutter !

Contre les méchancetés et les préjugés



 

Les commentaires sont fermés.