Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TEXTES POUR LE MONDE ANIMAL - Page 5

  • ENFIN!!!!!!SOUHAITONS LUI VIF SUCCES

     Présidentielle : le sénateur noir Obama se lance
    medium_PRESI.jpg

  • KEMI SEBA NOUS SOMMES AVEC TOI !!!

    medium_KEMI_SEBA.jpg

    http://www.seba-wsr.com/

    LE NOUVEAU SITE !!!  L'INJUSTICE ET LE MONDE DES MEDIAS MANIPULATEURS DES MASSES !!!

    INCITATION A LA HAINE RACIALE!!!! C'EST UNE BLAGUE OU QUOI !!!! ET LES AUTRES QUI ONT DES SITES ET DES BLOGS

    EN TOUTE IMPUNITE GENRE "FN" ET COMPAGNIE LES "NOUVEAUX SS" UN PEU PARTOUT DANS LE MONDE POURQUOI CEUX

    LA NE SONT PAS PUNIS OU SUSPENDUS.....MAIS QUAND LES GENS SORTANT DES GHETTOS BLACKS,ARABES OU

    AUTRES ONT COUPS DE GUEULES!!!!TOUT DE SUITE TOUS LES PROJECTEURS SONT SUR EUX.  COMPRENEZ LEUR

    REVOLTE, LEUR RAS LE BOL, EN FAIT C'EST LE SYSTEME....QUI EN FONT DES AGITATTEURS, DES REVOLTES, DES MALFRATS!!!

    OSEZ PARLER DANS UN PAYS " SOIS-DISANT" DEMOCRATIQUE !!!! C'EST COURAGEUX!!! TOUTES CES PERSONNES SONT

    PROVOQUEES A LA VIOLENCE ; PAR L'INJUSTICE DONT ILS FONT L'OBJET AU QUOTIDIEN.

    JE NE SUIS PAS POUR LA VIOLENCE!!!!! BIEN AU CONTRAIRE? JE SUIS POUR LA TOLERANCE ET LA SOLIDARITE,

    L'HUMANITE ET SURTOUT CONTRE LE RACISME.  MAIS QUE LES POUVOIRS DE L'ORDRE ET AUTRES INSTITUTIONS

    MONTRENT LE BON EXEMPLE !!!!! EGALEMENT LES ANCIENS COLONIAUX QUI N'ETAIENT PAS DES ENFANTS DE COEURS.

    LA VIOLENCE ENGENDRE LA VIOLENCE ; EN PARLANT JUSTEMENT D'INTEGRATION!!!! UN BEAU GRAND MOT POUR

    OUBLIER SA PROPRE IDENTITE : LE RESULTAT EST BEAU (NO COMMENT). LES OCCIDENTAUX QUI AVANT OU A

    PRESENT VONT DANS LES PAYS AFRICAINS ; PORTENT T'ILS LES VETEMENTS DU PAYS? OU PARLENT T'IL LA LANGUE

    DU COIN? ETC ETC ETC....AU CONTRAIRE PEUT ETRE MOINS MAINTENANT, MAIS IL N'Y A PAS SI LONGTEMPS QUE CA,

    LES OCCIDENTAUX AVAIENT LEURS BARS (MEME OU L'ALCOOL ETAIT INTERDIT), LEURS CLUBS ETC... ETC... ETC...

    CESSONS D'IMPOSER AUX AUTRES !!! CE QUE NOUS NE FAISONS PAS NOUS MEMES !!!; CESSONS D'APPRENDRE LES

    MAUVAISES MANIERES (CORRUPTIONS, DEBAUCHES,PEDOPHILIE, ALCOOLISME ET J'EN PASSE).

     

    ILS ONT VIOLE TES FEMMES ; ILS ONT VIOLE TON AME
     

    REVEILLEZ-VOUS AFRICAINS – VOTRE AVENIR DE DEMAIN EST ENTRE VOS MAINS

    La meilleure façon de gagner : ce n’est pas la guerre du pouvoir ;  mais la guerre du savoir…
     
    Violée à maintes reprises par les inassouvis
     
    Tu gardes au fonds de tes entrailles ce qui en fût le fruit
     
    Au nom de qui…au nom de quoi… ?
     
    Ils te bafouent, te torturent, te font subir leurs lois
     
    Ils oppriment, ils exterminent…ils te minent pourquoi ???
     
    Il est temps de prendre conscience de ton désarroi
     
    Réveilles-toi, relèves-toi, « TOI » la Magnifique !!!
     
    Redeviens fière, redeviens austère « TOI » Belle Afrique !!!
     
    Terre brûlée, Sable chaud, Forêt vierge, Paysage magique
     
    Savane ou Montagne, Fleuve ou Ruisseau, Image Idyllique
     
    Ceux qui te méprisent sans foi ni loi sont des ingrats
     
    Car sans « TOI », crois-moi…ils ne seraient pas là…
     
    Source des richesses et des vanités du Monde
     
    Qui sans scrupules s’approprient tes terres fécondes
     
    Quelles que soient nos différences, nos places premières ou secondes
     
    Au fonds, quelle importance !! il n’y a aucune honte
     
    Ne sommes nous pas tous Frères ?
     
    Alors pourquoi tant de Misères ?
     
    Alors pourquoi tant de Prières
     
    Si nous n’écoutons pas Notre saint Père !!!!

  • A MES AMIS, MES FRERES ET MES SOEURS!!! MES ENFANTS.

    medium_lumiere_despoir.jpg
    Mes amis, mes enfants, Mes Frères et Soeurs !!!   En fait hier j’ai été à une Big réunion dans le quartier Africain « MATONGE »  j’ai été confrontée à une association qui vends des produits artisanaux provenant d'Afrique voici l'adresse :    www.atrium.irisnet.be/africamali/fr/index.html    
    Pour des projets de partenariat et formations voyez le site :    www.awex.be  
    Il faut aussi encourager les jeunes à faire prospérer l'Afrique en Afrique avec des microprojets sur place : si vous désirez plus de renseignements laissez un commentaire sur cet article ou écrivez moi sur l’adresse :    jeanneh.clare@laposte.net  
    Merci et Courage l’Union fait la Force !!!  

  • INCROYABLE MAIS C'EST UNE TRISTE REALITE !!!!

    Ils refusent de se marier car l'échevin est noir

     

    Un couple a refusé de se marier à Saint-Nicolas en raison de la couleur de peau de Wouter Van Bellingen (Spirit), l'échevin de l'Etat civil qui devait sceller leur union, selon le quotidien De Morgen dans son édition de jeudi.

     

    Wouter Van Bellingen est le premier échevin noir de Flandre. Avant son installation officielle en tant qu'échevin, un couple s'était déjà présenté à la commune, couple qui refusait que leur union soit officialisée par un échevin noir. Le bourgmestre Freddy Willockx (sp.a) a refusé d'accéder à leur demande et en a été fortement choqué. "C'est un vrai exemple de racisme fondamental. Si cela se produit à nouveau, les personnes pourront avoir une discussion avec l'échevin seul ou le bourgmestre et l'échevin. Mais nous ne reculerons pas d'un millimètre". "Si des personnes me refusent comme échevin de l'Etat civil pour leur mariage, il y a trois options: soit elles ne se marient pas, soit elles déménagent, soit elles m'acceptent comme échevin", a pour sa part indiqué Wouter Van Bellingen. (GFR)
  • UN NOM DANS L'HISTOIRE DE L'AFRIQUE, UN COMBAT!!!!UNE VICTOIRE, PRENEZ EXEMPLE SUR CET HOMME QUI A CONSACRE SA VIE DANS SON COMBAT POUR LA LIBERTE!!!L'EGALITE DE TOUS!!!

    Nelson Rolihlahla MANDELAmedium_Nelson_Mandela.2.jpg

    Image de clic pour l'image normale de Nelson Mandela

    • Ancien président, le congrès national africain

       

    • Ancien président de l'Afrique du Sud

       

    Voir la « page de Mandela » pour une liste des ressources de Mandela

    Profil de Nelson Rolihlahla Mandela

    Le plus grand plaisir de Nelson Mandela, son moment plus privé, observe le soleil réglé avec la musique du jeu de Handel ou de Tchaikovsky.

    Fermé à clef vers le haut en sa cellule pendant des heures de jour, privées de la musique, ces deux plaisirs simples l'ont été nié pendant des décennies. Avec ses prisonniers de camarade, des concerts ont été organisés si possible, en particulier au temps de Noël, où ils chanteraient. Nelson Mandela trouve la musique élever très, et prend un intérêt vif non seulement dans la musique classique européenne mais également dans la musique chorale africaine et les nombreux talents dans la musique sud-africaine. Mais une voix se tient dehors surtout que de Paul Robeson, qu'il décrit en tant que notre héros.

    Les années en prison ont renforcé les habitudes qui étaient déjà indélogeables : le régime discipliné de manger d'un athlète a commencé dans les années 40, de même que l'exercice tôt de matin. Aujourd'hui Nelson Mandela est toujours vers le haut par 4.30am, indépendamment de la façon dont tard il a travaillé la soirée précédente. Par 5am il a commencé sa routine d'exercice qui dure au moins une heure. Le déjeuner est par 6.30, quand les journaux de jours sont lus. Le travail du jour s a commencé.

    Avec un jour ouvrable standard au moins de 12 heures, la gestion du temps est critique et Nelson Mandela est extrêmement impatient avec l'inexactitude, concernant elle comme insultant à ceux vous traitez.

    En parlant étendu du déplacement il a entrepris puisque son dégagement de prison, Nelson Mandela indique : J'ai été aidé en se préparant à mon dégagement par la biographie de Pandit Nehru, qui a écrit de ce qui se produit quand vous partez de la prison. Ma fille Zinzi dit qu'elle a grandi sans père, qui, quand il est retourné, est devenu un père de la nation. Ceci a placé une grande responsabilité de mes épaules. Et partout où je voyage, je commence immédiatement à m'ennuyer du familier - les décharges de mine, la couleur et l'odeur qui est uniquement sud-africaine, et, surtout, le peuple. Je n'aime pas être parti pour aucune durée. Pour moi, il n'y a aucun endroit comme la maison.

    Mandela a accepté le prix de paix Nobel comme accolade à toutes les personnes qui ont travaillé pour la paix et se sont tenues contre le racisme. Il était autant une récompense à sa personne qu'il était à l'ANC et à tous personnes de l'Afrique du Sud s. En particulier, il le considère comme un hommage au peuple de la Norvège qui s'est tenu contre la ségrégation tandis que beaucoup dans le monde étaient silencieux.

    Nous savons que c'était la Norvège qui a fourni des ressources pour l'affermage ; nous permettre de ce fait de cultiver la nourriture ; ressources pour l'éducation et la formation professionnelle et la fourniture de logement au cours des années dans l'exil. La récompense pour tout ce sacrifice sera l'accomplissement de la liberté et démocratie en Afrique du Sud, dans une société ouverte qui respecte les droites de tous les individus. Que le but est maintenant en vue, et nous doivent remercier le peuple et les gouvernements de la Norvège et de la Suède du rôle énorme qu'ils ont joué.

    Goût personnel

    • Déjeuner de gruau simple, avec le fruit frais et le lait frais.

       

    • Un favori est la viande traditionnellement disposée d'un mouton fraîchement abattu, et la délicatesse Amarhewu (farine d'avoine fermentée).

       

    Détails biographiques

    Nelson Rolihlahla Mandela est né dans un village près d'Umtata au Transkei le 18 juillet 1918. Son père était le conseiller principal au chef temporaire de Paramount de Thembuland. Après sa mort du père s, le jeune Rolihlahla est devenu la salle en chef de Paramount s à toiletter pour assumer le haut bureau. Cependant, influencé par les cas qui sont venus devant la cour du chef s, il a déterminé à devenir un avocat. Entendant les histoires d'aînés de sa bravoure d'ancêtres pendant les guerres de la résistance à la défense de leur patrie, il a rêvé également d'apporter sa propre contribution à la lutte de liberté de ses personnes.

    Après réception d'une éducation primaire à une école locale de mission, Nelson Mandela a été envoyé à Healdtown, une école secondaire wesleyenne de réputation où il matriculated. Il s'est alors inscrit à l'université d'université des lièvres de fort pour le licencié en degré d'arts où il a été élu sur le Conseil représentatif de l'étudiant. Il a été suspendu de l'université pour se joindre dans un boycott de protestation. Il est allé à Johannesburg où il a accompli son BA par la correspondance, a pris des articles de clerkship et a débuté l'étude pour son LLB. Il a écrit la politique dans sérieux tout en étudiant à Johannesburg en joignant le congrès national africain en 1942.

    À la taille de la deuxième guerre mondiale par petit groupe de jeunes Africains, membres du congrès national africain, s'est réuni ensemble sous la conduite d'Anton Lembede. Parmi eux étaient William Nkomo, Walter Sisulu, Oliver R. Tambo, Ashby P. Mda et Nelson Mandela. Commençant dehors par 60 membres, tous de qui résidaient autour du Witwatersrand, ces jeunes se sont placés que les formidables chargent de transformer l'ANC en mouvement de masse, dérivant sa force et la motivation du unlettered des millions de personnes travaillantes dans les villes et la campagne, des paysans dans les secteurs ruraux et des professionnels.

    Leur controverse en chef était que la tactique politique de la vieille conduite de guard de l'ANC, élevée dans la tradition du constitutionalism et le pétitionnement poli du gouvernement du jour, s'avérait qu'insatisfaisant au charge de l'émancipation nationale. En opposition au vieux guard', Lembede et ses collègues a embrassé un nationalisme africain radical fondés dans le principe de l'autodétermination nationale. En septembre 1944 ils sont venus ensemble à ont trouvé la ligue africaine de la jeunesse de congrès national (ANCYL).

    Mandela a bientôt impressionné ses pairs par son travail discipliné et à effort conformé et a été élu au secrétariat de la ligue de la jeunesse en 1947. Par le travail soigneux, faisant campagne aux bases et par son embouchure Inyaniso (vérité) l'ANCYL pouvait prospecter le soutien de ses politiques parmi l'adhésion d'ANC. À la conférence de 1945 annuelle de l'ANC, deux des chefs de la ligue s, Anton Lembede et Ashby Mda, ont été élus sur le comité de direction national (NEC). Deux ans après un autre chef de ligue de la jeunesse, Oliver R Tambo est devenu un membre de NEC.

    Incité par la victoire de la partie nationale qui a gagné les 1948 élections tout-Blanches sur la plateforme de la ségrégation, à la conférence de 1949 annuelle, du programme de l'action, inspiré par la ligue de la jeunesse, de laquelle a préconisé les armes du boycott, grève, de la désobéissance civile et de la non-Co-opération a été accepté en tant que politique officielle d'ANC.

    Le programme de l'action avait été élaboré par une Sous-Comité de l'ANCYL composé de David Bopape, d'Ashby Mda, de Nelson Mandela, de James Njongwe, de Walter Sisulu et d'Oliver Tambo. Assurer à son exécution l'adhésion a remplacé des chefs plus anciens avec un certain nombre de plus jeunes hommes. Walter Sisulu, un membre fondateur de la ligue de la jeunesse a été élu sécrétaire général. Le DR conservateur A.B. Xuma a perdu la présidence à DR J.S. Moroka, un homme avec une réputation pour un plus grand militantisme. L'année suivante, 1950, Mandela lui-même a été élue à NEC à la conférence nationale.

    Le programme d'ANCYL a visé l'accomplissement de la pleine citoyenneté, représentation parlementaire directe pour tous les Africains du sud. Dans des documents de politique dont Mandela était un co-auteur important, l'ANCYL a prêté une particulière attention à la redistribution de la terre, des droites de syndicat, de l'éducation et de la culture. L'ANCYL a aspiré pour libérer et éducation forcée pour tous les enfants, aussi bien que l'éducation de masse pour des adultes.

    Quand l'ANC a lancé sa campagne pour le défit des lois injustes en 1952, Mandela a été élu Offrir-dans-Chef national. La campagne de défit a été conçue comme campagne de masse de désobéissance civile qui lancerait des boules de neige d'un noyau des volontaires choisis de plus en plus aux gens du commun impliqués, aboutissant au défit de masse. Accomplissant sa responsabilité comme Offrir-dans-Chef, Mandela a voyagé la résistance de organisation de pays à la législation discriminatoire. Chargé et apporté à l'épreuve pour son rôle dans la campagne, la cour a constaté que Mandela et sien Co-accusés avaient uniformément conseillé leurs disciples pour adopter une ligne de conduite paisible et pour éviter toute la violence.

    Pour sa partie dans la campagne de défit, Mandela a été condamné de violer la suppression de la Loi de communisme et donné une phrase suspendue de prison. Peu de temps après la campagne finie, il a été également interdit d'assister à des rassemblements et confiné à Johannesburg pendant six mois.

    Pendant cette période des restrictions, Mandela a écrit aux mandataires l'examen d'admission et a été admis à la profession. Il a ouvert une pratique à Johannesburg, dans l'association avec Oliver Tambo. Dans l'identification de sa contribution exceptionnelle pendant la campagne de défit Mandela avait été élu à la présidence de la ligue de la jeunesse et la région du Transvaal de l'ANC à la fin de 1952, il est ainsi devenu un président de député de l'ANC lui-même.

    De leur pratique en matière de loi, Oliver Tambo, Président national d'ANC à l'heure de sa mort en avril 1993, a écrit :

    Atteindre nos bureaux chaque matin Nelson et moi a couru le gantelet des files d'attente patientes des personnes débordant des chaises dans la salle de attente dans les couloirs… Être sans terre (en Afrique du Sud) peut être un crime, et hebdomadaire nous a interviewé les délégations des paysans qui sont venus pour nous dire combien de générations leurs familles avaient travaillé un petit morceau dont de terre elles maintenant étaient éjectées… Vivre dans le secteur faux peut être un crime… Notre bureau de couleur chamois classe des milliers portés de ces histoires et si, quand nous avons commencé notre association de loi, nous n'avions pas été des rebelles contre la ségrégation, nos expériences de nos bureaux auraient remédié à de l'insuffisance. Nous nous étions levés au statut professionnel dans notre communauté, mais à chaque cas devant le tribunal, à chaque visite aux prisons pour interviewer des clients, rappelés nous de l'humiliation et brûlure de souffrance dans nos personnes.

    Ni leur statut professionnel a gagné Mandela et Tambo n'importe quelle immunité personnelle des lois brutales de ségrégation. Elles sont tombées fétide de la législation de ségrégation de terre, et les autorités ont exigé qu'elles déplacent leur pratique de la ville au dos de là-bas, comme Mandela le mettent plus tard, des milles loin d'où les clients pourraient nous atteindre pendant des heures de travail. C'était équivalent à nous demander d'abandonner notre pratique légale, d'abandonner le service juridique de nos personnes… Aucun mandataire en valeur son sel facilement n'accepterait de faire cela, a dit Mandela et l'association résolue pour défier la loi.

    Ni était seul le gouvernement dans l'essai de frustrer la pratique en matière légale de Mandela s. En raison de sa conviction sous la suppression de l'acte de communisme, la société de loi du Transvaal a pétitionné la cour suprême pour l'heurter outre du rouleau de mandataires. La pétition a été refusée avec M. Justice Ramsbottom constatant que Mandela avait été déplacé par un désir de servir ses citoyens noirs de camarade et rien qu'il avait fait montré le pour être indigne de rester dans les grades d'une profession honorable.

    En 1952 Nelson Mandela a été donné la responsabilité de préparer un plan d'organisation qui permettrait à la conduite du mouvement de maintenir le contact dynamique avec son adhésion sans recours aux réunions publiques. L'objectif était de se préparer à l'éventualité de la proscription en accumulant les branches locales et régionales puissantes à qui la puissance pourrait être incombée. C'était le M-Plan, baptisé du nom de lui.

    Pendant les années '50 tôt Mandela a joué un rôle important en menant la résistance aux déplacements occidentaux de secteurs et à l'introduction de l'éducation bantoue. Il a également joué un rôle significatif en popularisant la charte de liberté, adoptée par le congrès des personnes en 1955.

    Vers la fin des années '50, de l'attention de Mandela s tournée aux luttes contre l'exploitation du travail, des lois de passage, de la politique naissante de Bantustan, et de la ségrégation des universités ouvertes. Mandela est arrivé à la conclusion très dès l'abord que la politique de Bantustan était une escroquerie politique et une absurdité économique. Il a prévu, avec le prescience morne, qu'en avant là étendu un programme sinistre des expulsions de masse, des persécutions politiques, et terreur de police. Sur la ségrégation des universités, Mandela a observé que l'amitié et l'harmonie inter-raciale qui est forgée par le mélange et l'association de divers groupes raciaux aux universités mélangées constituent une menace directe à la politique de la ségrégation et du baasskap, et qu'elle était d'enlever cette menace que les universités ouvertes étaient fermées pour noircir des étudiants.

    Pendant toute les années '50, Mandela était la victime de diverses formes de répression. Il a été interdit, arrêté et emprisonné. Pour une grande partie de la dernière moitié de la décennie, il était un de accusé dans l'épreuve gigantesque de trahison, au grand coût à sa pratique légale et à son travail politique. Après que le massacre de Sharpeville en 1960, l'ANC ait été proscrit, et Mandela, toujours sur l'épreuve, a été détenu.

    L'épreuve de trahison s'est effondrée dans 1961 pendant que l'Afrique du Sud était orientée vers l'adoption de la constitution de république. Avec l'ANC illégal la conduite a maintenant sélectionné vers le haut les fils de ses sièges sociaux souterrains. Nelson Mandela a émergé actuellement comme principale figure dans cette nouvelle phase de lutte. De l'inspiration de l'ANC, 1.400 délégués ont relevé ensemble à l'Tout-dans la conférence africaine dans Pietermaritzburg pendant le mars 1961. Mandela était le haut-parleur principal. Dans une adresse électrifiante il a défié le régime de ségrégation pour assembler une convention nationale, représentant de tous les Africains du sud pour débattre une nouvelle constitution basée sur des principes démocratiques. Le manque de se conformer, il a averti, contraindrait la majorité (noirs) observer la prochaine inauguration de la République avec une grève de masse. Il s'est immédiatement caché pour mener la campagne. Bien que moins aient répondu à l'appel que Mandela avait espéré, il a attiré l'appui considérable dans tout le pays. Le gouvernement a répondu avec la plus grande mobilisation militaire depuis la guerre, et la République a été soutenue dans une atmosphère de la crainte et de l'appréhension.

    Forcé à vivre indépendamment de sa famille, se déplaçant d'un endroit à l'autre pour éluder la détection par les informateurs du gouvernement s et les espions omniprésents de police, Mandela a dû adopter un certain nombre de déguisements. Parfois habillé en tant que travailleur commun, à d'autres fois en tant que chauffeur, son évasion réussie de la police lui a gagné le titre du mouron noir. Elle avait lieu pendant ce temps qu'il, ainsi que d'autres chefs de l'ANC a constitué une nouvelle section spécialisée du mouvement de libération, Umkhonto nous Sizwe, car un noyau armé en vue de la préparation à la lutte armée. À l'épreuve de Rivonia, Mandela expliquée : « Au début du juin 1961, après la longue et impatiente évaluation de la situation sud-africaine, d'I et de quelques collègues est arrivé à la conclusion il serait erronée et peu réaliste pour que les chefs africains continuent que car la violence dans ce pays était inévitable, il de prêcher la paix et la non-violence à un moment où le gouvernement a satisfait nos demandes paisibles avec la force.

    Il était seulement quand tout d'autre avait échoué, quand tous les canaux de protestation paisible avaient été barrés à nous, que la décision a été prise pour s'embarquer sur les formes violentes de lutte politique, et pour former Umkhonto nous Sizwe… le gouvernement ne nous avions laissé aucun autre choix. « 

    En Umkhonto 1961 nous Sizwe avons été formés, avec Mandela en tant que son commander-in-chief. En Mandela 1962 parti le pays illégalement et parcouru à l'étranger pendant plusieurs mois. En Ethiopie il a adressé la conférence du mouvement africain de liberté de casserole de l'Afrique centrale est et, et a été chaudement reçu par les chefs politiques aînés dans plusieurs pays. Pendant ce voyage Mandela, prévoyant une intensification de la lutte armée, a commencé à s'charger de la formation de guérillero pour des membres d'Umkhonto nous Sizwe.

    Non long après que son retour vers l'Afrique du Sud Mandela ait été arrêté et chargé de la sortie illégale du pays, et incitation à frapper.

    Puisqu'il a considéré la poursuite une épreuve des aspirations des africains, Mandela a décidé de conduire sa propre défense. Il a sollicité le recusal du magistrat, pour la raison qui dans une telle poursuite qu'un ordre judiciaire commandé entièrement par des blancs était un ayant droit et ne pourrait pas donc être impartial, et pour la raison qu'il n'a dû aucun devoir pour obéir les lois d'un parlement blanc, auquel il n'a pas été représenté.

    Mandela a préfacé ce défi avec l'affirmation : Je déteste le racialism, parce que je le considère comme une chose barbare, si elle vient d'un homme noir ou d'un homme blanc.

    Mandela a été condamné et condamné à cinq ans d'emprisonnement. Tout en le servant à sa phrase a été chargé, dans l'épreuve de Rivonia, du sabotage. Les rapports de Mandela s devant le tribunal pendant ces épreuves sont des classiques dans l'histoire de la résistance à la ségrégation, et ils ont été une inspiration à tous ce qui se sont opposés à elle. Son rapport du dock dans les extrémités d'essai de Rivonia avec ces mots :

    J'ai lutté contre la domination blanche, et j'ai lutté contre la domination noire. J'ai aimé l'idéal d'une société démocratique et libre dans laquelle toutes les personnes vivent ensemble en harmonie et avec des égalités des chances. Elle est une idéale pour lequel j'espère vivre et réaliser. Mais si les besoins soient, elle est une idéale pour ce que je suis disposé à mourir.

    Mandela a été condamné à l'emprisonnement de la vie et a commencé ses années de prison dans la prison notoire d'île de Robben, une prison maximum de sécurité sur une petite île 7Km outre de la côte près du Cap. En avril 1984 il a été transféré à la prison de Pollsmoor au Cap et en décembre 1988 il a été déplacé la prison de Victor Verster près de Paarl d'où il a été par la suite libéré. Tandis qu'en prison, Mandela a catégoriquement rejeté des propositions faites par ses geôliers pour la remise de la phrase en échange d'accepter la politique bantustan en identifiant l'indépendance du Transkei et en étant d'accord sur le banc à dossier là. Encore dans les 'années '80 Mandela a rejeté une offre de dégagement à condition qu'il renoncent à la violence. Les prisonniers ne peuvent pas entamer des contrats. Seulement les hommes libres peuvent négocier, il a dit.

     


    Image de clic pour la carte

    Libéré le 11 février 1990, Mandela plongé de tout coeur dans son travail de vie, tâchant d'atteindre les buts lui et d'autres avaient visé presque quatre décennies plus tôt. En 1991, à la première conférence nationale de l'Afrique du Sud intérieure jugée par ANC après avoir été interdit pendant des décennies, Nelson Mandela a été élu président de l'ANC tandis que son ami et collègue perpétuels, Oliver Tambo, devenaient le président national de l'organisation.

    Nelson Mandela n'a jamais hésité dans sa dévotion à la démocratie, à l'égalité et à l'étude. En dépit de la provocation terrible, il n'a jamais répondu au racisme avec le racisme. Sa vie a été une inspiration, en Afrique du Sud et dans le monde entier, à tous ce qui sont opprimés et privés, à tous ce qui sont opposés à l'oppression et à la privation.

    Dans une vie que les symbolises le triomphe de l'inhumanité finie de l'homme s d'esprit humain à l'homme, Nelson Mandela ont accepté le prix 1993 de paix Nobel au nom de tous les Africains du sud qui ont souffert et ont sacrifié tellement pour apporter la paix à notre terre.


    Une brève biographie

    Les mots de Mandela, « la lutte est ma vie, » ne doivent pas être pris légèrement.

    Nelson Mandela personnifie la lutte. Il mène toujours le combat contre la ségrégation avec la vigueur et la résilience extraordinaires après avoir passé presque trois décennies de sa vie derrière des barres. Il a sacrifié sa vie privée et sa jeunesse pour ses personnes, et reste l'Afrique du Sud la plus connue et a aimé le héros.

    Mandela a tenu de nombreuses positions dans l'ANC : Secrétaire d'ANCYL (1948) ; Président d'ANCYL (1950) ; Président d'ANC Transvaal (1952) ; président national de député (1952) et président d'ANC (1991).

    Il a été soutenu chez Qunu, près d'Umtata le 18 juillet 1918.

    Son père, Henry Mgadla Mandela, était conseiller en chef à David en chef primordial temporaire Dalindyebo de Thembuland. Quand son père est mort, Mandela est devenu la salle du chef et a été toiletté pour le rang de chef.

    Mandela matriculated à l'internat méthodiste de Healdtown et a puis commencé un degré de BA aux lièvres de fort. Comme un membre de SRC il a participé à une grève d'étudiant et a été expulsé, avec le défunt Oliver Tambo, en 1940. Il a accompli son degré par la correspondance de Johannesburg, a fait des articles de clerkship et s'est inscrit pour un LLB à l'université du Witwatersrand.

    En 1944 où il a aidé a trouvé la ligue de la jeunesse d'ANC, dont le programme de l'action a été adopté par l'ANC en 1949.

    Mandela a été élu offrir-dans-chef national de la campagne 1952 de défit. Il a voyagé la résistance de organisation de pays à la législation discriminatoire.

    Il a été donné une phrase suspendue pour sa partie dans la campagne. Peu après un ordre interdisant l'a confiné à Johannesburg pendant six mois. Pendant cette période il a formulé le « plan de M », en termes de lequel des branches d'ANC ont été décomposées en cellules souterraines.

    D'ici 1952 Mandela et Tambo avaient ouvert la société légale du premier noir dans le pays, et Mandela était président du Transvaal du président de national d'ANC et de député.

    Une pétition par la société de loi du Transvaal pour frapper Mandela outre du rouleau de mandataires a été refusée par la cour suprême.

    Dans les 'années '50, après avoir été obligatoire par des bannings constants démissionner officiellement de l'ANC, Mandela a analysé la politique de Bantustan comme escroquerie politique. Il a prévu des déplacements de masse, des persécutions politiques et la terreur de police.

    Pour la deuxième moitié des 'années '50, il était un de accusé dans l'épreuve de trahison. Avec la douma Nokwe, il a conduit la défense.

    Quand l'ANC a été interdit après que le massacre de Sharpeville en 1960, il ait été détenu jusqu'en 1961 où il s'est caché pour mener une campagne pour une nouvelle convention nationale.

    Umkhonto nous Sizwe (Mk), l'aile militaire de l'ANC, sommes nés la même année. Sous sa conduite elle a lancé une campagne de sabotage contre le gouvernement et les installations économiques.

    En Mandela 1962 parti le pays pour la formation militaire en Algérie et pour s'charger de la formation pour d'autres membres de Mk.

    Sur son retour il a été arrêté pour partir du pays illégalement et pour que l'incitation frappe. Il a conduit sa propre défense. Il a été condamné et emprisonné pendant cinq années en novembre 1962. Tout en servant sa phrase, il a été chargé, dans l'épreuve de Rivonia, du sabotage et condamné à l'emprisonnement de la vie.

    Une décennie avant d'être emprisonné, Mandela avait parlé dehors contre l'introduction de l'éducation bantoue, recommandant que les activistes de la communauté « font chaque maison, chaque cabane ou structure rachitique un centre de l'étude ».

    L'île de Robben, où il a été emprisonné, est devenue un centre pour apprendre, et Mandela était une figure centrale dans les classes politiques organisées d'éducation.

    En prison Mandela n'a jamais compromis ses principes politiques et était toujours une source de force pour les autres prisonniers.

    Pendant les 'années '70 il a refusé l'offre d'une remise de phrase s'il identifiait le Transkei et arrangeait là.

    Dans les 'années '80 il a encore rejeté l'offre de picowatt Botha de la liberté s'il renonçait à la violence.

    Il est significatif que peu de temps après son dégagement le dimanche 11 février 1990, Mandela et sa délégation étés d'accord sur la suspension de la lutte armée.

    Mandela a des degrés honorifiques de plus de 50 universités internationales et est chancelier de l'université du nord.

    Il a été inauguré en tant que premier président démocratiquement élu d'état de l'Afrique du Sud le 10 mai 1994 à juin 1999

    Nelson Mandela s'est retiré de la vie publique en juin 1999. Il réside actuellement dans son endroit de naissance - Qunu, Transkei.

     

     

     

  • LES ATROCITES TOUJOURS D'ACTUALITE DANS CERTAINES CONTREES, MAIS TENUES SOUS SILENCE AU PROFIT DES PLUS NANTIS DE TOUTES ORIGINES ET COULEURS CONFONDUES!!!

    Le pays des mains coupées    
        
     
      
    Par un journaliste américain, le récit de l'exploitation sanglante du Congo entre 1880
    et la grande guerre, orchestrée par Léopold II, roi des Belges.

    Cinq à huit millions de morts, peut-être même dix : tel est le bilan accablant de la conquête et de l'exploitation coloniale du Congo belge, entre les années 1880 et la première guerre mondiale. C'est à ce chiffre que conclut le journaliste américain Adam Hochschild au terme de son effarante enquête sur cet « holocauste oublié ». L'acteur principal de ce bain de sang ne fut autre que le roi des Belges, Léopold II. Obsédé par l'idée de posséder une colonie, comme les autres pays européens alors en pleine expansion africaine, il jette son dévolu sur la région du Congo, encore quasi inconnue. En 1876, il crée l'Association internationale africaine, destinée en principe à financer des expéditions. S'appuyant notamment sur le célèbre explorateur Henry Morton Stanley et sous couvert d'ouverture de comptoirs pour voyageurs et marchands, cette association devient le cheval de Troie d'une colonisation rampante et cachant son nom. Moins de dix ans plus tard, en 1885, le roi obtient la reconnaissance internationale de « l'Etat indépendant du Congo », qui reste sa propriété personnelle et non celle de son royaume.
    Entre-temps, il a déjà organisé l'exploitation de la colonie, commerce de l'ivoire d'abord, du caoutchouc ensuite et surtout. Ce trafic très lucratif se fait sauvagement : asservissement des populations autochtones, déportations, travail forcé avec prise d'otages des femmes et des enfants pour faire travailler les hommes à la cueillette extrêmement pénible du latex, villages rasés, tortures et mutilations contre les récalcitrants, quand il ne s'agit pas de massacres purs et simples. Outre le fouet en peau d'hippopotame, la « chicotte » — innombrables sont les cas de flagellation à mort —, la torture la plus répandue est la section de la main : le Congo devient le pays des mains coupées. Le roi Léopold II agit d'autant plus impunément qu'il tient en public le discours le plus « humanitaire » qui soit : il se présente en émancipateur et en civilisateur, organisant même des conférences internationales sur le sujet, jusqu'à ce que les premiers témoignages sur la sinistre réalité arrivent à se faire entendre.
    Parmi ces derniers, les voix de missionnaires, notamment Noirs américains (venus étudier la possibilité de faire retourner certains de leurs compatriotes affranchis dans leur continent d'origine) ; celles de deux écrivains, l'Américain Mark Twain et celle de l'Anglais d'adoption Joseph Conrad, dont le roman Au cœur des ténèbres, une apocalyptique et saisissante description de la ruée coloniale, est directement né de son séjour de six mois au Congo en 1890. Mais le plus acharné des protestataires sera Edmund Dene Morel, agent commissionnaire au port d'Anvers, qui va consacrer sa vie à la lutte contre les nouveaux négriers. Malgré les ingénieuses manœuvres de Léopold II, manipulant la presse et arrosant de pots-de-vin la planète entière, le Congo devient sujet d'un scandale international, le premier peut-être de l'ère du téléphone et de la photographie : et il donne lieu à la première campagne pour les droits de l'homme, au sens moderne de l'expression.
    Précis et fort documenté, l'ouvrage d'Adam Hochschild retrace toutes les étapes de la tragédie. Le Congo n'a certes pas été le seul pays où la colonisation a pris le tour d'un cauchemar sanglant, et l'auteur fournit à l'occasion des exemples de la cruauté française, allemande, ou même britannique, en Afrique. Mais le colossal bilan en victimes (exécutions, mutilations, épidémies, famine) est la preuve d'un systématisme à cette époque inégalé. L'auteur souligne aussi le mal qu'il a eu pour avoir accès aux archives : peu avant sa mort, Léopold II céda « son » Congo à la Belgique, mais brûla toutes les traces de ses forfaits ; et ce qui a subsisté, est resté classé secret jusqu'au début des années 1980. Ce n'est pas le moindre paradoxe de cette affaire : l'oubli, voire l'amnésie, est aujourd'hui presque aussi total que le fut en son temps le scandale.

    Par ANTOINE DE GAUDEMAR, le 15/10/98